Le malaise médiatique face aux réseaux sociaux

Au fur et à mesure du développement de nouvelles technologies de l’information et de la communication, nous nous situons dans un monde inondé d’informations, et en même temps l’information montre plus que jamais son importance pour l’être humain ainsi que pour les entreprises qui voudraient se développer dans le cadre de l’économie de la connaissance. Certes, les informations que nous avons reçues tous les jours ne semblent pas tout à fait justes, notre rapport à l’information est probablement déformé par les médias. Donc comment rester vigilant pour « les récepteurs des informations » est de plus en plus essentiel ?

Mots-clés : les médias, l’information, Facebook, la présidentielle américaine, les rumeurs.

1) Un monde inondé d’informations

Nous sommes immergés dans un monde de surinformation, il semble que la vitesse de transmission des informations soit plus rapide que celle du son. Donc si les informations sont diffusées par une telle vitesse, nous ne pouvons pas imaginer ce qu’il adviendra.  Lorsque nous nous levons le matin, nous commençons à nous connecter sur les réseaux sociaux, Facebook ou Twitter dans les pays occidentaux, WeChat en Chine, pour voir ce qu’il y a de neuf ou  est-ce que nos amis ont partagé des articles intéressants ? C’est vraiment facile de voir des informations partout et à tout moment grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Aujourd’hui, les gens ont l’embarras du choix de lecture des informations et peuvent lire ce qu’ils aiment. Du coup, est-ce que nous avons réfléchi bel et bien sur ces informations ? D’où viennent-elles? Sommes-nous sûrs de ce qu’est notre réalité, de ce qui est vrai et juste, ainsi que de ce qui ne l’est pas ? Et pourquoi Facebook nous recommande toujours quelque chose qui s’adapte bien à nos goûts ? Il est certain que quelque chose est caché derrière ces phénomènes.

2) Des intérêts cachés derrière les informations biaisées

Pourquoi notre rapport à l’information est biaisé ? Face à l’accroissement du gros besoin des informations et à de nombreux concurrents médiatiques, beaucoup de médias ne se contentent plus de jouer leur rôle traditionnel. Le biais des médias est devenu de plus en plus visible.

En premier lieu, l’audience et le trafic du site web sont un biais important. Des médias déforment des informations en exagérant les faits pour attirer plus l’attention du public. Par ailleurs, les médias sont enclins aux informations qui peuvent faire peur des gens ou qui attirent leurs intérêts, c’est-à-dire que les 4 « S », le show business, le sexe, le sport et le sang sont des éléments plus vendeurs et bouleversants. Un grand nombre de visiteurs sur le site web peut également apporter des intérêts publicitaires pour les propriétaires du site. Par exemple, AdSense, lancé par Google, est un moyen simple et gratuit pour gagner de l’argent, selon l’analyse des visiteurs d’un site Web, Google va sélectionner les publicités en accord avec leur goût, et puis Google va payer les propriétaires du site.

En deuxième lieu, les agents médiatiques mobilisent l’opinion publique en publiant des points de vue égarés pour atteindre le but politique et ainsi que pour offrir un rendement à son ou ses propriétaires.

En citant l’exemple de la campagne présidentielle américaine, il est intéressant de noter que la majorité des acteurs médiatiques américains ont tendance à pencher à gauche vers Hillary Clinton, le plus notable étant le New York Times. C’est un quotidien new-yorkais distribué internationalement et l’un des plus prestigieux journaux américains. The New York Times a écrit un jeu de mots au cours de la campagne électorale américaine pour donner un coup à Hillary Clinton. Cette fois-ci il a publié beaucoup de propos biaisés afin d’égarer l’opinion publique et pour que Clinton puisse remporter la victoire et devenir présidente des Etats-Unis. En fait, ce n’est pas étonnant que le New York Times soutienne Hillary Clinton, car il était pour le parti démocrate depuis longtemps, et il ne change jamais sa position politique ! En tout cas, après l’échec d’Hillary Clinton, le New York Times fait quand même son mea culpa et promet d’informer plus honnêtement. Nous ne pouvons nous empêcher de douter de leur crédibilité…

Par ailleurs, de nombreux spécialistes ont réfléchi sur cette guerre de médias, l’un d’entre eux, c’est le cinéaste très fameux, Michael Moore, il a publié sur Facebook une liste de recommandations afin que le camp des démocrates puisse tirer les leçons de sa défaite, au lendemain de l’élection du républicain Donald Trump à la tête des Etats-Unis. Il a dénoncé que «virer tous les experts, les prédicteurs, les sondeurs et tous ceux dans les médias qui avaient un discours qu’ils ne voulaient pas lâcher et [qui] ont refusé d’écouter et de reconnaître ce qu’il se passait réellement».

Tout cela prouve que le média actuel n’est plus ce qu’il était. Chacun possède sa propre destination. Le public devient par contre un produit ciblé. Il a perdu son droit de connaître le monde réel.

3) Comment les médias forgent notre opinion en formant et déformant des informations?

Les médias sociaux ont biaisé l’opinion publique via deux formes principales, soit en offrant des informations déformées ou tout à fait fausses, soit en montrant des informations bien sélectionnées pour les lecteurs.

  • La propagation des rumeurs :

« Un mensonge peut faire le tour de la terre le temps que la vérité mette ses chaussures. »

Mark Twain

Sachant qu’il n’y a pas que les Etats-Unis qui ont ce genre de problème, Il en est même pour la Chine. Sur certains sites internet chinois, nous avons pu voir le résultat de l’élection présidentielle des Etats-Unis avant la fin des votes!

Par ailleurs, au cours des trois derniers mois de la campagne présidentielle américaine, Facebook devient un paradis de propagation des informations fausses, les nouvelles fausses de l’actualité électorale sur Facebook ont produit plus d’engagement que les principales histoires de grands médias tels que le New York Times, le Washington Post, le Huffington Post, NBC News et d’autres, selon une analyse de BuzzFeed.

Enfin, en citant un exemple qui est proche de la vie, une farce provoquée par la rumeur s’est passée le 30 septembre 2011 au nord de la France. Des centaines de lycéens provenant de différentes villes ont manifesté dans la rue pour contre le Ministère de l’éducation qui veut réduire un mois de vacances. Cependant, le Ministère de l’éducation a clarifié qu’il n’a jamais pris cette décision. En fait, quelqu’un a juste proposé de raccourcir 15 jours de vacances dans un rapport interne du Ministère de l’éducation, mais la proposition n’a pas été pas adoptée à la fin. Cette rumeur s’est diffusée rapidement sur les réseaux sociaux, et via SMS. Donc il nous faut faire très attention à la propagation des rumeurs, sinon, cela peut causer des troubles sociaux.

  • Les informations soigneusement sélectionnées pour les lecteurs

Nous voyons souvent que toutes sortes de sites web nous donnent des recommandations, ils sont peut-être les articles dont le sujet nous intéresse, ou les marchandises que nous préférons acheter depuis longtemps. Un service très humain peut faire plaisir aux clients, mais il existe également un problème caché. Cela signifie que les lecteurs ont perdu leur initiative, ce n’est plus nous qui choisissons les informations, mais les informations qui nous choisissent.

Par exemple, Amazon se consacre à la capitalisation des informations de ses clients pour proposer des produits en accord avec leurs goûts et leur faire gagner du temps bien qu’il ait déjà travaillé sur sa bonne compétitivité informationnelle (présence sur internet, site agréable et fonctionnel, livraison rapide, coût compétitifs…).

Après avoir cherché le livre Zero to one sur Amazon, le site m’a recommandé de parcourir les articles ci-dessous :

4) Des mesures prises par l’Etat et des propositions pour les individus :

Afin de résoudre ces problèmes plusieurs pays ont pris une série de mesures :

En France, certains internautes et journalistes ont créé volontairement un site web qui a pour objectif de traquer toutes les fausses rumeurs sur le web. De plus en plus de médias mettent en place des rubriques pour vérifier l’information comme les décodeurs du Monde.

En Espagne, le gouvernement forme les experts en donnant des cours sur la démolition des rumeurs et la protection de la sécurité d’internet.

Plusieurs pays ont établi des lois contre la propagation des rumeurs, comme la Chine, les Etats-Unis, l’Inde et le Singapour. Les juges vont condamner ceux qui produisent les rumeurs ainsi que ceux qui les diffusent sur internet.

Les individus doivent prendre  conscience de la crédibilité des informations en vérifiant si la source est autorisée ou non. Et la date de l’édition, pour ne pas lire des informations périmées. Il faut aussi faire attention au partage des informations.

En conclusion :

Nous n’avons pas le droit de nier absolument le statut des médias, il est sûr que les médias nous offrent une vie plus pratique. Mais puisque que les médias ont de plus en plus de mal à maintenir un équilibre, nous devons garder l’esprit clair nous-même, et avoir la capacité de faire la distinction du vrai et du faux face à un monde tellement complexe. En tant que personnes publiques, ils doivent prendre la responsabilité pour leur paroles et leur comportements, pour ne pasmanipuler l’opinion publique.

Par Ning Chen, étudiante promotion 2016-2017 du M2 IESC d’Angers

Sources : 

La conspiration du conformisme: comment les médias forment et déforment notre réalité :

http://www.mediashit.org/news.php?extend.13

The New York Times :

https://fr.wikipedia.org/wiki/The_New_York_Times

Après l’échec d’Hillary Clinton, le New York Times promet d’informer plus honnêtement :

https://francais.rt.com/international/28933-new-york-times-promet-dinformer-plus-honnetement

Facebook de Michael Moore : 

https://www.facebook.com/mmflint/posts/10153913074756857

This Analysis Shows How Fake Election News Stories Outperformed Real News On Facebook https://www.buzzfeed.com/craigsilverman/viral-fake-election-news-outperformed-real-news-on-facebook?utm_term=.maOGY0Vk04#.mxBGlXWKX7

Education. Rumeur : un mois de vacances supprimé ? Les lycéens dans la rue

http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/morlaix/ville/education-rumeur-un-mois-de-vacances-supprime-les-lyceens-dans-la-rue-30-09-2011-1448660.php

Des mesures prises par plusieurs pays :

http://media.people.com.cn/GB/17670702.html

le site des « Debunkers des rumeurs/hoax d’extrême droite »

http://cqfd-journal.org/Internet-Demolir-la-rumeur

Cours de « Sources et information via Internet » Enseignant : Guillaume SYLVESTRE

 

Admin M2 IESC