94

Qui bénéficie de la zone libre-échange à Shanghai ?

La zone libre-échange (ZLE) de Shanghai a été établie dans la banlieue de Shanghai à côté de la mer de Chine orientale le 29 septembre 2013. Sa superficie est de 28,78 km2 Les services couverts incluent les activités commerciales, financières et logistiques, les services aux entreprises, ainsi que les services socio-culturels. La création de cette zone expérimentale marque la troisième phase du renforcement de l’ouverture de l’économie chinoise lancée en 1978 et qui a notamment amené à l’adhésion de la Chine à l’OMC en 2001. Cette zone expérimentale, correspondant à la révolution économique proposée par la nouvelle génération des dirigeants chinois, espère attirer les investissements extérieurs. Cependant, une liste dite « négative » limite les secteurs d’activités possibles dans la zone pour un meilleur contrôle des autorités. Avec cette nouvelle stratégie, Shanghai veux devenir un nouveau moteur économique pour la Chine, à l’instar de Hongkong.

Investissements extérieurs : un accès plus facile ?

La proposition d’un environnement financier libéralisé est l’une des caractéristiques de la zone de libre-échange. Les banques étrangères, comme la BNP, et les banques chinoise-étrangères y seront autorisées via des licences d’opérations. La ZLE mettra en place la convertibilité de Yuan facilitée, non seulement pour les opérations d’exploitation mais aussi pour les opérations d’investissements. La libéralisation des taux d’intérêt et des transactions financières internationales sera adoptée à l’intérieur de la ZLE. Néanmoins, la libéralisation peut conduire à l’apport de capitaux spéculatifs qui, par conséquence, peuvent entraîner la déstabilisation du marché financier chinois.

Liste « négative » : point négatif ?

La liste négative indique les secteurs inaccessibles pour les investisseurs étrangers. La ZLE a désigné 18 secteurs comprenant 190 activités spécifiques (http://en.shftz.gov.cn/Special.html). Ce nouveau mode de contrôle peut simplifier les processus d’examen de douane. Les entreprises comprennent plus clairement les lois et les règlements intérieurs de la zone par rapport à la liste positive. Cette liste négative permet à la Chine de maintenir la compétitivité de certain secteur locaux comme le coton, le thé, l’alcool chinois le ou les lieux de divertissement etc.

Shanghai : concurrence  Hong Kong ?

La COFACE a indiqué, sur un rapport d’évaluation, la spécialisation réussi de Hong Kong dans le secteur des services (92% du PIB). Le marché offshore du Yuan permet à Hong Kong d’être la première place financière de Chine. Actuellement, la zone de libre- échange de Shanghai, fruit de la réforme économique chinoise, promeut la production des nouvelles formes de commerce et l’ouverture du marché financier. Le rôle de Hong Kong est menacé. De plus, la nouvelle politique de ZLE est favorable aux échanges internationaux. Le profit du tourisme et la consommation de Hong Kong sont aussi partagés avec Shanghai. Quelle sera la stratégie de Hong Kong face à cette concurrence, la coopération ou coopétition ?

Guanwei FANG

Source :

http://www.sjgrand.cn/fr/la-zone-pilote-de-libre-echange-en-chine-shanghai-quels-
avantages

http://www.latribune.fr/blogs/la-chine-et-la-transformation-du-monde/

http://www.latribune.fr/blogs/la-chine-et-la-transformation-du-monde/20131004trib000788865/shanghai-site-pilote-des-futures-reformes-economiques-chinoises.html

http://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Hong-Kong

http://en.shftz.gov.cn/Special.html

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *